top of page
  • Photo du rédacteurSandra Bocciolini

Panocrim 2023 : une nouvelle ère pour la Cybersécurité


Panocrim 2023  une nouvelle ère pour la Cybersécurité

L'année 2023 a vu une transformation rapide et significative de la cybersécurité, marquée par une escalade tant en quantité qu'en sophistication des cyberattaques.


Le Panocrim 2023 du Clusif a souligné cette réalité, reflétant une tendance alarmante.


L'année 2024 devrait voir cette évolution se confirmer, accentuant la diversité des attaques et soulignant l'importance d'une vigilance continue.


Les risques croissants liés au cloud et à l'intelligence artificielle (IA) ajoutent à la complexité du paysage de la cybersécurité. 


Ces développements nécessitent des stratégies de sécurité plus élaborées et une sensibilisation accrue des employés.


Avec l'entrée en vigueur de la Directive NIS2 en 2024 (au plus tard en octobre 2024), les organisations sont confrontées à de nouvelles exigences réglementaires, les poussant à adopter des mesures de sécurité avancées et à innover dans leurs approches de défense.


Dans ce contexte, la formation en cybersécurité des équipes IT et plus largement de tous les collaborateurs devient un allié indispensable dans une lutte constante et évolutive pour la sécurité informatique et la cybersécurité.


Les mutations de l’écosystème de la cybersécurité


L'année 2023 a vu des changements rapides et profonds dans le domaine de la cybersécurité, comme l'a clairement démontré le Panocrim 2023 du Clusif. Cette conférence, un événement phare pour les professionnels de la sécurité informatique, a mis en exergue une recrudescence des cyberattaques en termes de nombre et de sophistication.


Cette augmentation des cyberattaques est corroborée par les données de CheckPoint, qui ont révélé une hausse de 48 % des attaques en 2022, principalement en Asie (+60%), en Europe (+50%) et en Amérique du Nord (+28%). En 2023, cette tendance n'a fait que s'accentuer, avec une diversification notable des techniques utilisées par les cybercriminels.


En outre, l'émergence de groupes de cybercriminels a intensifié les activités malveillantes, exploitant notamment des infostealers, des outils qui, bien que parfois considérés comme obsolètes, demeurent d'une efficacité redoutable.


Ces évolutions ont été soulignées par Gérôme Billois, administrateur du Clusif, qui a insisté sur la nécessité pour les entreprises et les organismes publics de renforcer leurs équipes de sécurité des systèmes d'information (SSI) en prévision d'événements majeurs tels que les Jeux Olympiques.


L'année 2024 devrait voir ce nouveau contexte se renforcer avec une diversité accrue des attaques, mettant en lumière la nécessité d'une vigilance et d'une préparation constantes.


Risques croissants liés au Cloud et à l'IA


La montée en puissance du cloud computing et de l'intelligence artificielle (IA) a été l'un des aspects les plus notables de l'année 2023 en matière de cybersécurité. L'étude Global Cloud Security Study réalisée par Thales a révélé un accroissement significatif des données sensibles hébergées dans le cloud, avec 75 % des répondants rapportant une augmentation de 26 à 40 % de leurs données sensibles stockées sur le cloud. Toutefois, seulement 45 % de ces données seraient chiffrées, exposant les organisations à des risques accrus de violations de données.


Parallèlement, l'IA est devenue un outil à double tranchant dans l'arsenal des cybercriminels. Cette technologie présente un aspect paradoxal, étant à la fois une force majeure dans la lutte contre les cybermenaces et un outil puissant pour les cybercriminels.


Dans le domaine de la défense, l'IA apporte des capacités inédites. Les systèmes de sécurité alimentés par l'IA peuvent analyser de vastes quantités de données en temps réel, détecter des anomalies subtiles et réagir à des menaces potentielles avec une rapidité et une précision sans précédent. Ces systèmes apprennent continuellement des nouvelles menaces, adaptant leurs réponses en conséquence. De plus, l'IA est utilisée pour automatiser des tâches de sécurité répétitives, permettant aux équipes de sécurité de se concentrer sur des problèmes plus complexes et stratégiques.


D'un autre côté, l'IA est devenue un outil de choix pour les cybercriminels. Les attaques automatisées et personnalisées deviennent plus fréquentes, avec des programmes malveillants capables d'apprendre et de s'adapter pour contourner les mesures de sécurité. Les deepfakes, produits par l'IA, sont utilisés pour créer des contenus trompeurs, exploitant la confiance des utilisateurs dans les interactions numériques. De même, l'IA est utilisée pour générer des campagnes de phishing plus crédibles, ciblant spécifiquement les vulnérabilités humaines.


Ces développements dans le domaine du cloud et de l'IA nécessitent des stratégies de sécurité plus sophistiquées et adaptatives. Les organisations doivent non seulement renforcer leurs défenses existantes mais aussi innover pour anticiper et contrer des attaques de plus en plus élaborées et technologiquement avancées. 


Face à ces défis, l'adaptation et la formation continue deviennent cruciales. Les professionnels de la cybersécurité doivent acquérir une compréhension approfondie de l'IA et de ses applications potentielles dans le contexte de la sécurité informatique. Les organisations doivent également sensibiliser leurs employés aux nouvelles formes de menaces, notamment celles générées par l'IA, pour renforcer la première ligne de défense : la conscience de la sécurité.



Anticipation des tendances émergentes & réglementation


Pour 2024, il est crucial que les organisations se tiennent informées des derniers développements en matière de menaces et ajustent leurs stratégies de défense en conséquence.


Avec l'évolution rapide des tactiques des cybercriminels, les approches traditionnelles de la sécurité peuvent s'avérer insuffisantes. Les organisations doivent donc adopter une approche de sécurité dynamique et flexible, capable de répondre aux nouvelles menaces dès leur apparition. Cela implique d'investir dans des technologies de pointe, mais aussi de former le personnel à identifier et à réagir aux incidents de sécurité de manière efficace.


En 2024, la Directive NIS2 marquera un tournant dans la cybersécurité européenne, imposant de nouvelles exigences aux entreprises. Ces dernières doivent désormais adopter des mesures de sécurité avancées, incluant la collecte de données de trafic et la gestion proactive des risques cyber. L'objectif est de renforcer la protection des infrastructures critiques dans des secteurs clés comme l'énergie, les transports et la santé.


La mise en œuvre de la Directive NIS2 représente un défi pour les entreprises, nécessitant une réévaluation des pratiques de sécurité et un investissement accru dans les technologies de protection. La directive encourage également une collaboration transfrontalière pour partager les renseignements sur les menaces et les stratégies de défense.


La NIS2 vise à élever le niveau de sécurité informatique à travers l'Europe, créant un environnement numérique plus sûr. En harmonisant les règles de cybersécurité, elle répond aux cyber menaces croissantes, assurant une meilleure protection pour les entreprises, les infrastructures essentielles et les citoyens européens.


La formation, un allié indispensable face à l'évolution des menaces


Dans un contexte où les menaces cyber évoluent rapidement, la formation se révèle être un outil crucial pour les organisations. 



Ces programmes couvrent divers aspects essentiels de la sécurité informatique.


CompTIA Security + : Cette formation offre une compréhension fondamentale des concepts de sécurité informatique. Elle est idéale pour ceux qui débutent dans le domaine de la cybersécurité, couvrant des sujets tels que les menaces, les attaques, les vulnérabilités et la gestion des identités.


OSINT (Open Source Intelligence) : Ce cours se concentre sur l'acquisition d'informations à partir de sources ouvertes pour des applications en sécurité informatique. Il est particulièrement utile pour les professionnels impliqués dans l'intelligence et la recherche de données.


Certification CRISC (Certified in Risk and Information Systems Control) : Orientée vers la gestion des risques, cette certification prépare les professionnels à identifier et à gérer les risques liés aux systèmes d'information, essentiel pour la gouvernance IT.


CCSP (Certified Cloud Security Professional) : Ce programme s'adresse aux professionnels qui souhaitent développer leur expertise en sécurité des environnements cloud. Il couvre la conception, la gestion et la sécurisation des données, des applications et des infrastructures cloud.


CISA (Certified Information Systems Auditor) : Idéale pour les auditeurs de systèmes d'information, cette formation offre des compétences en audit, contrôle et assurance des systèmes d'information.


CISSP (Certified Information Systems Security Professional) : Reconnue mondialement, cette certification est destinée aux professionnels expérimentés en cybersécurité. Elle aborde des sujets avancés tels que la sécurité des réseaux, le développement sécurisé et la gestion des risques.


Chacune de ces formations proposées par Dig-IT est conçue pour équiper les professionnels avec les compétences et connaissances nécessaires pour naviguer dans l'écosystème complexe de la cybersécurité.




Sources : 





22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page